Le casque de vélo est obligatoire pour les enfants de moins de 12 ans

Depuis le 22 mars 2017, les moins de 12 ans doivent porter un casque aussi bien au guidon de leur bicyclette qu'en tant que passagers.

Plus question de laisser sa progéniture enfourcher une bicyclette avec la tête pas couverte.
A compter de ce mercredi, le port du casque est obligatoire pour les enfants de moins de 12 ans, qu’ils soient conducteurs ou passagers. Il était auparavant simplement recommandé.

Le but de cette mesure, officialisée fin décembre – le décret prévoyait un délai de trois mois pour que chaque famille puisse avoir le temps de s’équiper –, est de «réduire la gravité des blessures au visage et les risques de traumatismes crâniens des enfants pratiquant le vélo», explique le ministère de l’Intérieur, qui espère voir la pratique se diffuser chez les cyclistes de tous âges par ricochet.

L’adulte qui accompagne ou transporte l’enfant sans casque (sur un siège ou un porte-bébé) devra s’acquitter d’une amende de 135 euros (minorée à 90 euros en cas de paiement rapide).

Le casque de vélo est obligatoire pour les enfants de moins de 12 ans

Des effets protecteurs avérés

Le port du casque réduit-il vraiment le risque de blessures à la tête ?

Cela ne fait pas de doute, surtout chez les plus petits, fait valoir le ministère, les chocs sur cette zone chez les jeunes enfants pouvant «causer des traumatismes plus grave que chez les adultes ou adolescents».

Selon la Sécurité routière, qui cite une étude parue en 2011, «le casque diminue le risque de blessure sérieuse à la tête de 70%, le risque de blessure mineure de 31% et le risque de blessure au visage de 28%».

D’après d’autres travaux de recherches cités par la même source, le port du casque diminue le risque de perte de connaissance, qui passe de 98% dans le cas d’une tête non casquée à 0,1% pour une tête casquée.

La France veut aussi s’aligner sur ses voisins européens

Avec cette mesure, la France veut aussi s’aligner sur ses voisins européens.
Le port du casque est en effet obligatoire dans douze pays membres : pour tous les cyclistes en Finlande, jusqu’à 10 ans à Malte, 12 ans en Autriche et en Lettonie, 15 ans en Slovaquie, Slovénie et Suède, 16 ans en Espagne, en Croatie et en Estonie, et jusqu’à 18 ans en République tchèque et en Lituanie.